Les forums d'Ecrans

Annonce

Pour participer aux forums d'Ecrans.fr, il faut d'abord s'inscrire. Pour vous inscrire, cliquez ici.
Si vous possédez déjà un compte, cliquez ici.

#1 20-01-2012 11:17:29

Ecrans.fr
Administrateur
Inscription : 25-06-2007
Messages : 1 000

Livres : la «zone grise» retrouve des couleurs

Livres : la «zone grise» retrouve des couleurs

L?Assemblée est sur le point d?autoriser l?accès numérique aux ?uvres indisponibles.

Lire l'article

Hors ligne

#2 20-01-2012 11:20:25

Egmorn
Habitué
Inscription : 04-07-2007
Messages : 2 946

Re : Livres : la «zone grise» retrouve des couleurs

Je sens que cette loi va entraîner une réédition massive d'un grand nombre de livres à la va vite avant que le décret d'application ne soit sorti...

Hors ligne

#3 20-01-2012 11:25:59

A_
Habitué
Inscription : 03-07-2007
Messages : 2 081

Re : Livres : la «zone grise» retrouve des couleurs

bah ouais c'est une super loi qui permet de mettre en place un nouveau racket au profit d'industrie établie.
On continue à engraisser les porcs.

Hors ligne

#4 20-01-2012 12:57:51

Minostel
Habitué
Inscription : 29-10-2010
Messages : 82

Re : Livres : la «zone grise» retrouve des couleurs

Egmorn a écrit :

Je sens que cette loi va entraîner une réédition massive d'un grand nombre de livres à la va vite avant que le décret d'application ne soit sorti...

Il faut voir ce que recouvre "à la va vite".

A l'heure actuelle, je trouve pénible de devoir payer fort cher (bien plus que leur prix neuf) des livres considérés comme "de collection" parce qu'ils sont épuisés et intéressent un petit nombre de lecteurs.

Oui, cette loi est utile car même si des éditeurs font une réédition qui coûtera plus cher que de se procurer le livre gratuitement ou presque, elle évitera une sorte de "spéculation".

Hors ligne

#5 20-01-2012 14:02:47

Tanuki
Habitué
Inscription : 01-04-2009
Messages : 258

Re : Livres : la «zone grise» retrouve des couleurs

Quelque chose que je n'ai pas compris : si l'éditeur n'édite plus l'oeuvre, pourquoi Google (puisque c'est l'exemple le plus parlant) doit-il négocier avec lui et non plus avec l'auteur lui-même ? Finalement, et je crois que ça rejoint les considérations de A_, ce n'est qu'une occasion de plus pour les maisons d'édition de se remplir les poches avec moins d'effort. On laisse numériser une oeuvre par Google, qui donc supporte tous les frais afférents, mais on récupère le bénéficie au nom du droit d'auteur alors qu'on a sciemment abandonné l'effort de reproduire le livre sur un support quelconque. Il y a comme un problème, non ?
Les droits demandés sont-ils de la même proportion que pour un livre édité sur papier ?

Mises à part ces réserves, je pense néanmoins que cette loi permettra aux auteurs (mais là encore, dans quelles proportions ?) de profiter du fruit de leur oeuvre fût-elle dispensée d'édition papier.

Dernière modification par Tanuki (20-01-2012 14:07:18)


Un seul Ecrans vous manque, et le Net est dépeuplé.

Hors ligne

#6 20-01-2012 18:09:24

Arnaudus
Habitué
Inscription : 12-11-2008
Messages : 180

Re : Livres : la «zone grise» retrouve des couleurs

Soit je n'ai pas tout compris, soit chez Ecrans vous vous enthousiasmez vachement vite. Cette loi me semble cacher un réel racket. La SACEM est un organisme stupide et archaïque, comment imaginer recréer un monstre de la même espèce? Cette loi n'a un seul but : générer du profit avec des marges démentielles sur des titres dont personne n'aurait jamais espérer plus rien tirer.

Une loi réellement courageuse aurait été de demander à Google (ou n'importe qui d'autre) de contribuer en proportion des revenus générés par la mise à disposition de l'œuvre. Par exemple, les œuvres sont mises à disposition gratuitement par Google, qui génère par exemple 0.01€ de revenu publicitaire par lecture ; il serait normal que Google reverse 50% de ce revenu aux auteurs.

Au lieu de ça, Google va devoir verser une redevance, probablement plusieurs euros, pour chaque œuvre ; il va donc falloir que les internautes payent plusieurs euros pour consulter une œuvre qui était morte et enterrée dans les cartons des éditeurs. Je trouve ça totalement écœurant, immoral, et surtout, complètement con : si le bouquin n'est plus édité, c'est qu'il n'intéresse pas grand monde, il a fait son temps. Pourquoi dans ces conditions ne pas le mettre à disposition libre de l'humanité? Non, il faut qu'une industrie rapace renifle le cadavre des bouquins disparus et revienne demander du fric dont elle n'aurait jamais dû voir la couleur.

Hors ligne

#7 21-01-2012 12:21:44

babou
Nouveau membre
Inscription : 21-01-2012
Messages : 1

Re : Livres : la «zone grise» retrouve des couleurs

Bonjour,
Désolé les gars, mais la littérature grise,ce n'est pas cela.  La littérature grise, c'est une masse importante de documents, souvent d'un grand intérêt, qui ne sont pas passés par les circuits commerciaux. Du point de vue des auteurs de la loi, ce ne serait pas des livres, même s'ils sont reliés, ont la forme traditionnelle du codex, et on été déposé à la BNF. Non, ce qui compte, c'est d'avoir été commercialisé par un éditeur.  Commercialisé par l'auteur, cela ne compte pas. Et distribué gratuitement, comme le sont parfois des actes de conférence universitaires, cela ne compte pas non plus. Une thèse, si importante soit-elle, ce n'est pas un livre si elle n'est pas publiée par un éditeur; je veux dire commercialisée, bien sûr.
Et toute cette littérature grise est explicitement exclue de la loi. En dehors des auteurs (ou leurs ayants droit), souvent introuvables, personne ne pourra légalement la numériser et la diffuser, pas même les établissements ou les bibliothèques qui la détiennent, pas même la BNF, Gallica ou Europeana.
Il s'agit d'une grande et belle loi pour le développement de la culture ... celle du fric. Votée quasiment à la sauvette, destinée à appuyer un accord secret de financement des éditeurs, accord dont un député se plaignait officiellement le jour précédant le débat qu'il ne pouvait en prendre connaissance. Il s'agit d'une grande et belle loi qui n'hésite pas à bafouer les fondements du droit d'auteur, comme celui de la présomption de titularité des droits au bénéfice de l'auteur. http://www.dailymotion.com/video/xntgfh … sible_news
Ceci n'est qu'un échantillon. La lecture des débats est instructive.

Hors ligne

Pied de page des forums